Fixxions ?

Spatiale, la musique de Fixxions renvoie vers l’intérieur.
Un voyage intérieur aussi large que la Voie Lactée !
Avec des sensations plutôt que du sens et des massages de l’imagination plutôt que des messages pour l’intellect.
Longs univers lents, saturation intense des sens, hypnomélodies et rêveries cauchemardesques… Fixxions, c’est techniquement de l’électro produite à la punk-rock : brute, tout est à fond, profond, jusques dans l’imperfection.
Quelques guitares abrasives, d’autres folks et plus de récitants que de chanteurs.
Au final, Fixxions c’est de l’électronique steampunk, retournée vers son passé électrique.

Les seize morceaux de Fixxions ont mis dix ans à accoucher. Dix ans d’errances, d’explorations musicales, d’expérience sonores, écrites, web et visuelles.
Quant à leurs racines mêmes, elles remontent à l’enfance et ramifient jusqu’à l’âge adulte. Il y a là autant Jules Verne et Tolkien, que Shakespeare, Tezuka, Dan Simmons, Damasio et Cormac Mc Carthy.
Musicalement, psychologiquement, ça part du classique et ça s’envole avec Clash, Cure, Pink Floyd, Björk, Bashung, Radiohead, Cocteau Twins, Albarn, Bowie, Run the Jewels, Peter Gabriel, LCD Soundsystem, Underworld, Josh Homme et à travers eux tout ce qui les a porté, fait éclore, s’épanouir.
Chargés, denses, saturés, trafiqués, païennes… les sons et les images de Fixxions ne donnent pas de sens.

Avec en simple filigrane une vision du destin de l’humanité : celle-ci, avilie, abîmée, violée par les religions qu’elle s’est inventé, ne pourrait que trouver refuge qu’au dehors de son sol natal. Loin. Si d’autres dieux, toutefois, ne s’y trouvaient pas déjà. Spoil : si, à l’autre bout de là-bas, il y a encore d’autres divinités ; outre leur cruauté habituelle, celles-là ont en plus, l’inhumanité.
Oui, avec ses religions et sans sa nature, l’humanité s’épanouit plus dans les chants de Maldoror qu’au paradis.
Fixxions ne raconte rien et vous aurez du mal à l’écouter en faisant le ménage, en dînant avec des amis ou pour vous marier.
Pour le reste, un voyage à l’océan, avec les yeux par delà des nuages et un peu plus loin que la Voie Lactée qui vit au fond de vous.